Actualités

Corroyer-Dulmont A, Valable S, Fantin J, Chatre L, Toutain J, Teulier S, Bazille C, Letissier E, Levallet J, Divoux D, Ibazizène M, Guillouet S, Perrio C, Barré L, Serres S, Sibson NR, Chapon F, Levallet G, Bernaudin M

Multimodal evaluation of hypoxia in brain metastases of lung cancer and interest of hypoxia image-guided radiotherapy

Sci. Rep. 2021 11(1):11239

 

Treatment for patients with brain metastases (BM) remains limited, because not adapted to the microenvironment. Corroyer-Dulmont et al., report at clinical and preclinical levels that hypoxia is a hallmark of the microenvironment of BM from NSCLC lung cancer. BM heterogeneity in terms of hypoxia between patients, and metastases, highlights the potential for personalizing external radiotherapy (RT) to hypoxia. In this study, Hypoxia-image-guided-RT showed a significant interest in comparison to unfocused-brain-RT characterized by an early decrease in tumor cell proliferation and in tumor volume resulting in increased survival.

 

 

(A) Representative positive and negative CA-IX immunostaining on human brain metastases biopsies. (B) Representative T2w MRI images (top) of rat with cortical (blue hatched line) and striatal (red hatched line) brain metastases in preclinical model. Representative FMISO-PET images (bottom) showing the heterogeneity in terms of hypoxia between brain metastases. (C) Representative T2w MRI images (top) of brain metastases without treatment (control), whole brain radiotherapy (WBRT) and with hypoxia image-guided radiotherapy (HIGRT) showing the therapeutic interest of the approach (bottom), Figure with Open Access Licence – CC BY.

Collet Solène, Guillamo Jean-Sébastien, Berro David Hassanein, Chakhoyan Ararat, Constans Jean-Marc, Lechapt-Zalcman Emmanuèle, Derlon Jean-Michel, Hatt Mathieu, Visvikis Dimitris, Guillouet Stéphane, Perrio Cécile, Bernaudin Myriam and Valable Samuel.

Simultaneous mapping of vasculature, hypoxia and proliferation using DSC-MRI, 18F-FMISO PET, and 18F-FLT PET in relation to contrast enhancement in newly diagnosed glioblastoma

Journal of Nuclear Medicine (in press)

Ce travail avait pour objectif d’évaluer des régions à fort risque de récidive chez des patients porteurs de glioblastomes en utilisant l’imagerie multimodale associant l’Imagerie par Résonance Nucléaire et la Tomographie par Emission de Positons pour caractériser les zones prolifératives, hypervascularisées et hypoxiques en pré-thérapeutique. C’est un travail collaboratif réalisé entre les deux équipes de l’unité ISTCT UMR 6030 CNRS/CEA/Université de Caen mais également en collaboration avec l’unité LATIM UMR1101 INSERM/Université de Brest.

Nos résultats montrent que les données issues de l’imagerie multimodale apportent des informations fonctionnelles importantes, au-delà de la simple prise de contraste étudiée en IRM, pour comprendre l’étendue et l’hétérogénéité des paramètres biologiques étudiés.

L'association Contre le Canner J'y Vais (CCJV) a remis un don à deux équipes de recherche caennaise, l'équipe CERVOxy et l'équipe Bioticla.

Merci à eux pour leur soutien à l'équipe pour une deuxième année.

Cette remise de don a eu lieu à Athis Val de Rouvre (ex Athis de l'Orne) le samedi 26 septembre, en présence des membres du bureau de l'association mais également des adhérents de l'association.

 

Helaine C., Ferré A.E., Leblond M.M., Pérès E.A, Bernaudin M., Valable S., Petit E.

Angiopoietin-2 Combined with Radiochemotherapy Impedes Glioblastoma Recurrence by Acting in an Autocrine and Paracrine Manner: A Preclinical Study. 

Cancers 2020, 12(12), 3585; https://doi.org/10.3390/cancers12123585

 

Dans ce travail mené à l’échelle préclinique, nous avons montré que l’Angiopoïétine-2, un facteur clé de l’angiogenèse, contribue également à moduler le microenvironnement de cette tumeur en favorisant le recrutement des cellules inflammatoires. De façon plus intéressante, en présence du traitement conventionnel des glioblastomes, associant la radio et la chimiothérapie, ces effets paracrines de l’Angiopoïétine-2 sont renforcés par des effets autocrines de cette cytokine favorisant la senescence des cellules de glioblastomes et la mort cellulaire.

Par ses effets autocrines et paracrines, l’Angiopïétine-2, en combinaison avec le traitement conventionnel des glioblastomes, prolonge de façon durable l’effet bénéfique de ce traitement conventionnel puisqu’aucune récurrence n’est observée sur le long terme. A ce titre, l’Angiopoïétine-2 pourrait constituer une piste moléculaire intéressante pour le traitement des patients atteints de glioblastome pour lesquels, à l’heure actuelle, la survie après radiochimiothérapie ne dépasse pas en moyenne 15 mois. 

 

Charly Helaine soutiendra sa thèse le mardi 24 novembre 2020.